La mosquée de Chellah


Bâtie sur les ruines de l'ancienne cité Romaine de Sala Colonia, cette nécropole baptisée par les guides "plus romantique site du Maroc", n'a pas toujours bénéficié de l'engouement qu'elle suscite de nos jours. 

A l'écart de la Ville ou plutôt hors de l'enceinte Almohade, situés au sud le long des marais et du BouRegreg, les vestiges de cette nécropole Mérinide du XIIIème siècle furent pendant longtemps, comme la Tour Hassan, laissés à l'abandon. Cet édifice détruit par le tremblement de terre de 1755 et dépouillé des ces matériaux les plus nobles par les pillards, est ainsi resté à l'état de ruines pendant plusieurs centaines d'années.

C'est le premier sultan Mérinide Abu Youssef Yakoub qui choisit très précisément ce lieu et qui décida de construire une mosquée au milieu des ruines de Sala. Il y fut enterré en 1286 ainsi que sa femme et après lui quatre de ses successeurs.

Au centre de cette nécropole, il ne reste que quelques pans de mur de la Zaouïa. Cet établissement religieux était tout à la fois une mosquée, une école coranique et un centre d'hébergement pour les pélerins et les étudiants. Selon certains auteurs, cette Zaouïa était encore plus luxueuse que les medersa de Fès dont elle avait les mêmes principes de construction.

On peut voir encore quasiment intacte la stèle d'Abou Al-Hassan ainsi que celle de sa femme, Chams Al-Doha, "Soleil du Matin", chrétienne convertie à l'Islam qui reposent tous deux ici.
Cette dernière, surnommée Lalla Chellah, fait toujours l'objet d'un véritable culte: on vient encore se recueillir sur sa tombe près de huit siècles après sa mort.


Share on Google Plus

About Mohamed Chkih

Nous sommes une équipe de professionnels du tourisme au Maroc avec une grande expérience dans la créationVoyagesm est une philosophie de Voyage, une façon d'être axée sur le partage, la convivialité et les rencontres humaines.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire